fbpx

Les 7 avantages collatéraux de la quarantaine

Le gouvernement du Québec vient de déclarer l’urgence sanitaire. Si vous êtes malades, revenez de voyage ou avez 70 ans et plus vous devez rester à la maison bien barricadé derrière vos écrans et capitonné dans votre papier de toilette.

La pandémie, on est d’accord, c’est pas cool. Ça vient avec son lot de petits et grands désagréments. Alors pour mieux avaler la pilule et vous changer les idées, j’ai pensé vous proposer mon top 7 des avantages collatéraux qu’apporte la crise de la quarantaine. (Pour les dommages collatéraux en boucle, syntonisez plutôt RDI et LCN.)

P.-S. Ce texte a beaucoup trop d’hyperliens sur lesquels vous ne cliquez jamais normalement. Mais puisqu’on est en quarantaine, c’est le temps ou jamais de vous lâcher lousse !

1. Diminuer son rythme de vie

Je sais, c’est le genre de résolution que l’on prend chaque année et que l’on ne tient jamais. Sauf que cette fois, toute la société ralentit avec vous pour vous aider. Sans déplacement ni rassemblement, la vie va enfin retrouver un rythme plus humain. Moins d’anxiété et plus de résilience, voilà un combo pour retrouver sa santé mentale. Avec la fermeture des piscines et des arénas, avec même plus de sport à la tivi, vous allez enfin pouvoir réaliser votre vœu pieu de sortir dehors et de passer plus de temps en famille. Saisissez l’occasion pour expérimenter les 5 langages de l’amour !

2. Essayer l’école à la maison

Ça fait longtemps que vous y pensez, mais n’osez pas faire le grand saut ? L’école à la maison est tendance autant chez les cathos que chez les écolos. Les parents qui l’ont adopté vantent les mérites de cette instruction à domicile qui leur permet d’adapter la pédagogie selon les besoins de chaque enfant en plus de jouir d’une vie familiale plus pleine et flexible. Au lieu de maudire les garderies et écoles fermées, bénissez les éditeurs qui offrent gratuitement leurs manuels scolaires en ligne et découvrez le bonheur d’être concrètement les premiers éducateurs de vos enfants.

3. Faire des économies

Si vous n’avez pas trop de placement à la bourse et si votre employeur ne vous met pas tout de suite à pied, alors vous êtes parmi les chanceux qui vont pouvoir faire de belles économies en quarantaine. Avouez que deux semaines de vacances sans avions ni spectacles, sans fêtes de famille ni restos, risquent de vous faire économiser gros. (Évidemment, il vous faudra d’abord résister à la tentation de magasiner en ligne!) Profitez-en donc pour rembourser quelques dettes, ouvrir un compte épargne et (pour ne pas être trop égoïste quand même) faire un don de charité.

4. Expérimenter la vie de moniale

Sœur Nicole et sœur Thérèse sont des expertes en quarantaine. Cela fait plus de 40 ans qu’elles vivent derrière les grilles du Carmel et elles se disent très heureuses. Faites comme elles et profitez de ce retrait du monde pour mieux entrer en vous-même et pourquoi pas découvrir votre côté mystique caché. Prièreadoration, silence. Avouez que vous en rêvez souvent quand la vie vous étourdit. En plus, l’essai de deux semaines qui s’offre à vous ne vous oblige à aucun engagement.

5. Lire (enfin) Proust

Si vous êtes comme moi, vous achetez beaucoup plus de livres que vous en lisez. C’est un péché très pardonnable, mais que l’on va pouvoir commencer à réparer en quarantaine. Si La Peste de Camus vous semble trop glauque et À la recherche du temps perdu trop long, alors optez plutôt pour un essai de circonstance comme Puisque tout est en voie de destruction de Fabrice Hajadj ou encore Un temps pour mourir de Nicolas Diat. Pour les intellos en manque d’inspiration, jetez un coup d’œil à cette liste de vingt titres méconnues d’Alex La Salle.

6. Terminer ses séries Netflix

Ça fait des mois que vos amis vous parlent de leurs séries préférées que vous n’avez jamais le temps d’écouter. Bravo, c’est le signe que votre vie est bien remplie ! Mais quand même, grâce à la quarantaine, vous allez enfin pouvoir binger quelques épisodes et ne plus vous sentir exclu des conversations superficielles au bureau. Voici mon top 5 de l’heure : The Crown, This is us, Chernobyl, The Young pope et The Chosen. Pour les petits bourgeois amateurs d’opéra, le Met de New York donnera chaque jour accès gratuitement à l’un de ses plus beaux spectacles d’archives, en commençant ce soir par Carmen de Bizet dirigé par le chef québécois Yannick Nézet-Séguin. Enfin, pour ceux qui sont vieux jeux et qui préfèrent encore les films, vous aurez le temps de passer à travers cette liste des 20 longs métrages préférés de ma collègue Noémie !

7. Sauver la planète

La meilleure nouvelle de cette quarantaine est probablement l’immense éveil de conscience sociale qu’elle suscite. Du jour au lendemain, tout le monde change drastiquement ses habitudes de vie et découvre que nul n’est une ile. Bonne nouvelle donc pour les écologistes et les curés qui commençaient à désespérer de nos capacités de conversion ! En se décentrant de son nombril pour sauver nos aïeux, les nouvelles générations déterrent un vieux concept prémoderne : le bien commun. En plus, en consommant et en bougeant moins, on va amorcer une décroissance salutaire ! (Je ne parle pas de votre poids ici.)


Vous aimez ce que vous avez lu ? Abonnez-vous à notre magazine, téléchargez notre balado et soutenez notre mission. Toujours 100 % gratuit. Toujours 100 % financé par vos dons.

Simon Lessard

Fourmillant d’idées novatrices, Simon s’est joint à notre équipe de rédaction pour faire grandir Le Verbe en taille et en grâce. Féru de philosophie et de théologie, il aime entrer en dialogue avec les chercheurs de vérité. Toute son essence est distillée en son totem scout renard amical et son personnage Disney fétiche : Timon!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Plus récent de OPINION

Force majeure

Dans ces moments dramatiques, on dirait que Dieu distribue des grâces spéciales.