fbpx

Pour le mois des femmes, soyez des hommes!

Même si les hommes viennent de Mars, il semble que le mois du dieu de la guerre devienne de plus en plus le mois des femmes. Un mois (pas officiel !) de manifestations et de lutte pour la reconnaissance des droits des femmes — avec pour épicentre la journée du 8 mars.

Cette année, les Nations unies, qui ont homologué cette journée en 1977, proposent comme thème : « Je suis de la Génération Égalité : levez-vous pour les droits des femmes. »

Slogan, il est bon de le remarquer, qui peut aussi bien être scandé par un homme que par une femme. En fait, si plus d’hommes que de femmes le faisaient leur, parions que Vénus et Mars pourraient mieux vivre ensemble sur Terre.

Le mois d’un homme

Officiellement toutefois, mars n’est pas reconnu comme le mois des femmes, mais le mois d’un homme ! C’est (à tout le moins pour 1,3 milliard de catholiques) le mois de saint Joseph.

Devant cette étonnante distorsion entre le monde actuel et l’Église universelle, on peut se demander si cette dernière ne gagnerait pas à parfaire son aggiornamento et à changer le mois de Joseph pour le mois de Marie. Mais non, car le mois de Marie existe déjà, et « c’est le mois le plus beau » !

Que faire ?

Opposer notre dévotion au noble époux de Marie à la révolution féministe ? Trop marxien.

Passer sous silence saint Joseph pour ne laisser parler que des (ou les) femmes ? Après tout, Joseph est un maitre de silence.

Ni l’un ni l’autre.

Je propose plutôt d’honorer l’un pour mieux exalter l’autre.

Comme pour les velcros

Car si l’homme et la femme sont égaux, différents et complémentaires, tout ce qui est (réellement) à l’avantage de l’un est à l’avantage de l’autre. Comme pour les velcros, quand l’un perd de son adhésif l’autre y perd en adhésion. (Image douteuse, s’cusez-la.)

Ce n’est pas la différence homme-femme qui est cause d’injustice, mais sa distorsion et plus encore sa négation.

Je suis bien d’accord avec Francine Pelletier pour dire que les progrès pour les droits des femmes accomplis ces 50 dernières années l’ont été à partir de la reconnaissance des inégalités basées sur le sexe. Nier ou même seulement minimiser la différence sexuelle, c’est risquer de nier aussi bien les injustices passées que celles qui sont toujours à dépasser.

Pour le mois des femmes donc, que les hommes travaillent à devenir de meilleurs hommes !

N’est-ce pas d’ailleurs ce que toute femme désire ? Pas des hommes machos et gigolo, mais des héros ! Pas des mous ni des loups, mais des murs et des purs.

Ce n’est pas en éclipsant, gommant ou assoyant la masculinité qu’on « se lève » pour les femmes, c’est en l’estimant et encore plus en la stimulant.

Ce n’est pas en éclipsant, gommant ou assoyant la masculinité qu’on « se lève » pour les femmes, c’est en l’estimant et encore plus en la stimulant.

Devenez des hommes !

Vous les hommes, imitez donc Joseph et prenez chez vous votre épouse comme si c’était Marie. Protégez les femmes comme si chacune était votre fille ; faites-les briller comme si chacune était votre reine ; respectez-les et aimez-les comme si chacune était votre mère.

Cessez d’être des enfants, devenez des hommes !

Engagez-vous, battez-vous, sacrifiez-vous. Gagnez le combat sur vos passions primaires. Soyez des chevaliers vivants et non devant vos écrans. Travaillez sans procrastiner ni chialer. Décidez sans vous rétracter ni vous excuser.

Joseph l’iconoclaste

Joseph est aux antipodes des stéréotypes de dieux grecs et de pilotes de F1. Il est l’iconoclaste de toutes les idoles marvelesques de la masculinité.

Pas de gros muscles ni de gros chars. Pas d’armes ni de gadgets. Il n’enfile ni les conquêtes amoureuses ni les bagnoles « tunées ».

Silence, chasteté, fidélité, obéissance, humilité, Joseph n’a rien du donjuan ni du héros en collant.

Et pourtant…

Vrai héros

Pourtant Joseph est le plus fort, le plus courageux, le plus combattif.

Pourtant Joseph est un vrai héros, parce qu’il a d’abord su lutter contre ses démons, vaincu sa prétention et maitrisé ses pulsions. Parce qu’il a vaincu par la force de la patience et du travail quotidien. Parce qu’il a exercé son autorité en se mettant au service de sa femme et de son fils. Parce qu’il a pilé sur ses projets personnels pour entrer dans le plan de Dieu.

Joseph est un vrai héros, car le héros est celui qui cherche à donner sa vie plus qu’à la préserver à tout prix. Celui qui se rapporte aux autres, plus qu’il ne rapporte les autres à soi.

Joseph est un vrai héros, car le héros est celui qui cherche à donner sa vie plus qu’à la préserver à tout prix.

Certes, les vertus de saint Joseph ne sont pas l’apanage des hommes. Les femmes aussi font preuve de force et de courage, les femmes aussi savent lutter. Mais Joseph a su les exercer comme un homme, comme quelqu’un qui n’avait pas d’autre carrière plus prioritaire, que celle d’être époux et père.

Chers hommes, pour le mois des femmes, soyez des hommes, des vrais !

Simon Lessard

Fourmillant d’idées novatrices, Simon s’est joint à notre équipe de rédaction pour faire grandir Le Verbe en taille et en grâce. Féru de philosophie et de théologie, il aime entrer en dialogue avec les chercheurs de vérité. Toute son essence est distillée en son totem scout renard amical et son personnage Disney fétiche : Timon!

4 Comments

  1. Un angle très intéressant sur la question de l’égalité des sexes. Néanmoins sur le coup je me demandais en quoi cet appel au respect, à la diligence au travail et à la décision est-il spécifique aux hommes? Il me semble que ce sont des qualités que quiconque pourrait gagner à avoir.

    • En effet Valentin, comme je le dis à la fin “les vertus de saint Joseph ne sont pas l’apanage des hommes”. Mais reste qu’il y a des qualités et des défauts, des tremplins et des écueils, qui touchent (en général il va s’en dire) plus les hommes ou les femmes. Je pense au meurtre ou à la pornographie par exemple, qui touche des femmes et des hommes, mais dans des proportions très différentes. De même, les femmes et les hommes doivent tous deux travailler et prendre des décisions, mais ne le vivent pas exactement de la même manière et surtout ne rencontrent pas tout à fait les mêmes défis. Les employeurs, les psychologues, les prêtres et les médecins sont bien placés pour constater cette différence. Différence qui, je le rappel, est une richesse !

  2. Bon article sur saint Joseph que l’on a trop souvent négligé. Par contre votre article sur « Les femmes sont supérieures aux hommes » , le Fils de l’homme a dû être surpris d’être inférieur à sa mère qu’Il a aussi créé. J’imagine s’il a lu votre article, qu’Il a dû tomber en bas de son trône de gloire ! Sans rancune…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Plus récent de OPINION

Petit éloge du héros

Ces derniers temps, on a beaucoup souligné le travail de ces « anges gardiens » qui veillent sur

L’heure de notre mort

Le grand écrivain israélien David Grossman vient de publier dans Libération un article remarquable intitulé Questions pour temps d’épidémie dans