fbpx

Mes légumes

Légumes
Photo: Gracieuseté de l'auteure.

J’ai passé ma journée dans mes légumes. Ce matin, puisque je devais sortir pour le travail, je me suis dit que j’allais en profiter pour passer à l’épicerie en revenant, question d’acheter des fruits et des légumes. 

En arrivant, je vois qu’on attend en file indienne à deux mètres les uns des autres sous une petite pluie fine et froide. « Ah ! Non ! Pas encore ! » Cette fois, je n’avais ni gants, ni chapeau, ni foulard, ni même de parapluie. Fouille dans l’auto partout. Pas de parapluie ! Je grogne. 

Dans le hall, il y a des pastilles rouges collées au sol. On doit s’y tenir pour arriver au lavabo de fortune, où on a l’obligation de se laver les mains. Trente minutes plus tard, les portes s’ouvrent et un employé m’indique les flèches rouges au sol. « Suivez les flèches, madame ! » La section des fruits et légumes est compartimentée. On pousse son panier à la queue leu leu. Ça prend du temps. C’est long. Je grogne.

Arrivée aux caisses, beaucoup plus tard que prévu, je remplis mes sacs moi-même, et je rentre chez moi stressée. On dépose tout sur le balcon et on désinfecte avec un seau d’eau chaude savonneuse.  

À la maison au moins il fait chaud. Je prends ma tonne de fruits et de légumes et je lave, je lave, je lave. Le temps file. J’ai faim. Je calcule. Arrivée au IGA : 10 h 30. Arrivée à la maison : 12 h 30. Tout ça pour des fruits pis des légumes ? Je finis de laver : 15 h. Juste à temps pour commencer bientôt mon souper.

J’ai vraiment passé ma journée dans mes légumes ! Je grogne. 

Ceux qui n’ont pas de légumes ni de pain

Je me suis dit que j’irais prier pour me changer les idées. Le temps coule et je revois l’image de cette femme et son enfant que j’avais vu passer sur Facebook. Ils étaient dans un camp de réfugiés. 

Je l’ai contemplée longtemps en pensée pour finir par me dire que, elle, elle n’en avait pas de légumes. Et pas d’eau non plus. Et surtout pas de maison chaude où revenir pour se chauffer après une petite pluie fine et froide. Ni de souper à préparer. Et sa famille ?

Elle, elle n’en avait pas de légumes. Et pas d’eau non plus. Et surtout pas de maison chaude où revenir pour se chauffer après une petite pluie fine et froide.

La honte. Puis, la crainte de Dieu. Celle qui pousse à se prosterner, par respect et soumission, mais surtout par confiance en sa sagesse, en sa puissance et en son amour.

Après quelques minutes, rassérénée, je suis happée par une autre idée : « Et la communion ? La messe ? J’en suis privée ! Je peux-tu me plaindre de ça, au moins ? » 

Long silence. Et si j’attends encore un peu, j’entends.

L’heure vient — et c’est maintenant — où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père. Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. (Jn 4, 23-24)

Communier avec les divorcés remariés qui eux, en sont privés à longueur d’année. Les prisonniers. Les peuples en guerres, isolés, privés de prêtre, de communauté, de famille, de paix, de légume, d’épicerie, de savon et d’eau. Communier, adorer, en esprit et en vérité.


En ce temps de crise, les médias chrétiens revêtent une importance capitale pour offrir un regard de foi sur les évènements. Aidez-nous à propager l’espérance en partageant nos articles et en contribuant par vos dons à notre mission.

Brigitte Bédard

Brigitte Bédard est journaliste indépendante depuis 1996. Elle vient de publier « J’étais incapable d’aimer. Le Christ m’a libéré » (Éditions Artège), son témoignage de conversion franc et direct.

3 Comments

  1. Oui Brigitte,on n’a pas à se plaindre quand on pense aux pays en guerre,aux réfugiés,aux sans-abris,aux pauvres de l’Afrique et d’ailleurs,aux prisonniers,aux personnes en CHSLD,aux aînés en résidences, privés de sorties,aux prisonniers privés eux aussi de sorties,aux malades dans les hôpitaux,aux malades du coronavirus qui meurent seuls,aux morts non réclamés et qu’on enterre dans une fosse commune,aux endeuillés qui n’ont pu assister aux derniers moments de leurs proches atteints du coronavirus….Pour la première fois de notre vie ,on goutte un peu à la misère des pays en guerre où les enfants ne peuvent aller à l’école et où le plaisir d’aller au cinéma,théâtre,restos,concerts,etc….n’existe plus depuis belle lurette….On est chanceux dans notre misère;on est chanceux d’avoir du personnel soignant et de la place dans les hôpitaux..on est chanceux!!Joyeuses Pâques,seuls,mais avec de la “bouffe”sur la table et Jésus dans nos vies et sur nos écrans….

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Plus récent de PORTRAIT