fbpx

Carnaval de Québec : fête populaire ou bizness touristique?

Carnaval de Québec
Photo: Wikimedia

Au fil des siècles, les carnavals de partout dans le monde ont largement débordé des questions de restrictions alimentaires pour devenir des festivités populaires de grande ampleur. Partout, sauf peut-être chez nous avec le Carnaval de Québec.

Le terme Carnaval est apparu en français dans les années 1500 et référait à la période qui se trouve entre l’Épiphanie et le Mardi gras. L’expression a pour origine carnelevare, un mot latin formé de carne « viande » et levare « enlever ».

C’est ce qu’on fait (entre autres) durant le carême : se priver viande. 

Un temps de subversion…

On raconte qu’à l’origine, on se réunissait la veille du Mercredi des Cendres afin de consommer la nourriture qui risquait de se perdre d’ici Pâques. On se préparait à l’austérité en se permettant un temps de surabondance, durant lequel les règles de la vie normale étaient suspendues. 

Plus largement, le Carnaval est un espace-temps fait de subversion sociale et politique. Il y règne une certaine liberté de mœurs qui autorise les excès. On a retrouvé dans différentes cultures des traces de telles pratiques.


Écoutez Valérie vous raconter son expérience à On n’est pas du monde:


Par exemple, durant les Saturnales fêtées dans l’Antiquité romaine, les esclaves jouissaient d’une liberté provisoire. Ils pouvaient dire leurs quatre vérités à leurs maitres qui eux, devaient les servir à table.

Dans le film Les Maitres fous, l’ethnographe Jean Rouch présente un rituel haouka. On y voit des immigrés démunis se plonger en transe pour incarner les différents acteurs de la colonisation. Différents carnavals à travers le monde se termineront par l’immolation d’une effigie qui représente l’autorité en place.  

… ou une création commerciale

Quant à lui, le Carnaval de Québec a visé dès sa fondation à enrichir les classes dominantes. Les commerçants du centre-ville ont été les premiers instigateurs de l’évènement qui, en 1894, était réservé aux familles aisées de la ville.

Le Carnaval tel que nous le connaissons est réapparu en 1955 à l’initiative de la Chambre de commerce de Québec. Celle-ci souhaitait attirer les touristes durant la saison creuse.

Encore aujourd’hui, le Carnaval de Québec se donne pour mission d’organiser « une fête hivernale dans la région de Québec dans le but de générer une activité économique, touristique et sociale de première qualité ».

Nous sommes loin de la tradition populaire dont le Carnaval tente de se revendiquer. 

Depuis la fin des années 1990, l’évènement est à la recherche de son identité. Peu de mes contemporaines auront pleuré le départ des duchesses, qui agissaient à titre de simples agentes promotionnelles.

Il faut visionner ce documentaire de l’ONF pour voir à quel point leur discours était formaté. On leur donnait des cours de maintien et de bienséance afin qu’elles soient le reflet d’une ville qu’on aurait voulu proprette. On a voulu les moderniser en leur demandant, en 2014, de défendre un projet entrepreneurial. L’échec de leur retour était à prévoir.

Pour paraphraser Pierre Falardeau, dans Le temps des bouffons : « ici, les monarques jouent le rôle des monarques, les gens d’affaires jouent des gens d’affaires. Chacun à sa place ».

Il n’y a pas de quoi fêter. 


Vous avez aimé ce texte ? Découvrez notre balado, feuilletez notre magazine et contribuez à notre mission. Toujours 100 % gratuit. Toujours 100 % financé par vos dons.

Valérie Laflamme-Caron

Valérie Laflamme-Caron est formée en anthropologie et en théologie. Elle anime présentement la pastorale dans une école secondaire de la région de Québec. Elle aime traiter des enjeux qui traversent le Québec contemporain avec un langage qui mobilise l’apport des sciences sociales à sa posture croyante.

1 Comment

  1. Je pense que la vérité histoire est moins tranchée au couteau que ton opinion chère Valérie. Dans les années 60 et 70, l la rue Sainte-Thérèse dans Saint-Sauveur était un passage obligé. Les résidents y réalisaient des sculptures de neige devant leurs maison. Chez Ti-Père servait du caribou et toutes les célébrités qui passaient à Québec y sont passées. C’était une grande activité populaire. Il y a avait aussi des courses de chiens, des raquetteurs et autres activités populaires. Par contre, il est vrai, on avait deux bals en haute-ville, le bal de la Reine et le bal de la Régence. Quant aux commerces et grandes compagnies, elles étaient aussi des sponsors. Alors non, je ne suis pas d’accord pour dire que le Carnaval visait à profiter du petit peuple.
    En ce qui concerne le 19e siècle, je ne suis pas certain que les festivités ne se passaient qu’à la haute-ville. Ce n’est pas l’idée qu’en laisse le journal de mon arrière grand-père en 1884-1885. je me demande d’ailleurs d’où vient ta date de 1894, dix ans plus tard,

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Plus récent de CULTURE

effondrement

Petit lexique apocalyptique

Walking Dead, Black Mirror, Hunger Games, crise climatique, postmodernité, hypermodernité… Qu’est-ce que ces émissions,