fbpx

À mes petites pinottes

Mes très chères filles,

Dans quelques jours, le 8 mars, le monde entier prendra un gros 24 heures bien compté pour réfléchir aux droits des femmes. En pareilles circonstances, il est d’usage de rappeler que, même si les luttes menées par vos aïeules ont permis de grands changements sociaux, il vous reste encore de belles batailles à mener.

Vous êtes habituées d’entendre votre père vous dire quoi faire — et surtout quoi ne pas faire. À l’aube de ce jour spécial, je vous fais grâce de mes sempiternelles injonctions et remontrances. Je n’aurai pour unique conseil que celui-ci : soyez bien attentives à la sagesse des femmes libres et heureuses qui vous entourent.


Cet article a été publié dans le magazine Le Verbe, mars 2020. Pour consulter la version numérique, cliquez ici. Pour vous abonner gratuitement, cliquez ici.


En commençant par votre mère. (Je vous assure qu’elle ne m’a pas payé pour écrire ça.)

Permettez-moi d’espérer que ces quelques mots sur les raisons de mon admiration envers elle pourraient vous servir d’encouragement dans les combats qui vous attendent.

*

D’abord, malgré les interminables hésitations de votre mère lorsque vient le temps de choisir entre deux sortes de yogourt, de chaussures ou de peinture pour votre chambre, une foi tranquille et sure sied aux fondations de sa vie. Et je soupçonne cette foi de produire chez elle l’espérance qui était nécessaire pour vous accueillir.

Sa force et sa liberté à l’égard des impératifs de notre époque (ce que devrait être une femme épanouie selon des critères productivistes, calqués sur quelques-uns des pires excès masculins) y sont aussi pour beaucoup dans votre venue au monde.

« Comment puis-je tolérer que la femme que j’aime se bourre aux hormones alors que je refuse de manger un poulet qui en aurait la moindre trace ? » disait un jeune homme dans Une jeunesse sexuellement libérée (ou presque), de la sexologue Thérèse Hargot. S’il arrive à votre mère de vous servir des escalopes de poulet-pas-bio pour souper (vous ne vous en plaignez pas, hein ?), elle vous dirait qu’elle a toutefois des standards plus élevés à l’égard d’elle-même qu’envers sa parmigiana. Question de priorités, j’imagine.

Jetez un œil à ce papier d’Ariane Beauféray (« Jouir sans entrave ? ») pour comprendre un peu mieux pourquoi votre maman a choisi d’assumer pleinement les rythmes naturels de sa féminité bien avant que ce soit cool d’être écoféministe.

Enfin, votre mère n’est pas la première à avoir eu des défis de conciliation travail-famille. Pour méditer sur la question, portez votre regard sur l’une des plus grandes femmes d’affaires que le Québec ait porté (« Capitaine Dorimène »). Comment une mère de dix enfants a-t-elle pu accomplir autant pour la société, autant dans son foyer qu’en dehors de celui-ci ?

*

Mes chères petites pinottes, j’ai l’intime certitude que ce qui fera de vous des femmes vraiment libres et heureuses ne pourra jamais se réduire à vos exploits professionnels. Encore moins à la marque de shampoing que vous achèterez pour rendre vos cheveux propres et soyeux.

Pour le dire crument, que vous deveniez religieuse cloitrée, mère au foyer, camionneuse aguerrie ou scientifique de grande renommée, vous aurez toujours un Père au ciel (et un père sur terre aussi) qui croira en votre génie féminin, celui d’aimer comme des femmes.

Papa, qui vous aime

P.-S N’oubliez pas de ramasser votre chambre.


Heureux que Le Verbe existe ? Nous (sur)vivons grâce aux dons généreux de personnes comme vous. Merci de nous aider à produire des contenus de qualité toujours gratuits.

Antoine Malenfant

Marié et père de famille, Antoine est diplômé en études internationales, en langues et en sociologie. À la tête de l’équipe de rédaction du Verbe depuis 2013 et directeur artistique de la publication, il anime chaque semaine, depuis septembre 2016, l’émission radiophonique On n’est pas du monde.

3 Comments

  1. Salut cher Antoine félicitation et c’est un très bon texte envers tes filles et ta femme continue de faire ce que tu fais là et ça dans la mesure du possible cars la vie n’est pas toujours facile et ça peu importe la ou les circonstances il faut prendre ça un jour à la fois lentement et sûrement hier c’est passer aujourd’hui c’est le moment présent cars demain ne nous appartient pas laissez-vous guidez par Dieu pour essayer de continuer de guider vos enfants dans la mesure du possible cars la vie n’est pas donner mais seulement prêter êtres parents ne vient pas avec un mode d’emploi c’est essaie et erreur même si il y a certaines journées plus dures que d’autres et c’est normal que des fois ils peut avoir certaines situations que vous ne pouvez pas contrôler ce sont des choses qu’ont peut pas maîtriser même si que vous le voulez parfois on peu penser si que la pelouse du voisin est plus verte que la vôtre que c’est mieux et non sa pelouse si (mettons) elle est plus verte ça veut peut-être dire qu’elle là eu trop de produits chimiques pour la faire verdir et qu’elle puisse rester vert le plus longtemps cars toutes choses qui restent naturelles ils vont suivres le cours de la vie dans la normalité des choses ça va changer de couleur ça va naître et vieillir et mourir et puit le cycle la vie va rocommencer et ça peu importe que ça soit humain animal ou végétale il faut essayer de profiter du moment présent sans penser à demain il y a une phrase qui dit il faut laisser le temps de prendre son temps de faire son temps même si on ferait des projets ou autres dans approx 6 mois et on ne sais pas ce qui va risquer d’arriver demain il faut essayer de laisser aller la vie faire son chemin comme l’eau qui coule dans une rivière je vous souhaites de prendre soin de votre famille…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Plus récent de OPINION

Ma confession

S’il n’était pas dans les parages, je redeviendrais la perdue que j’étais. Absorbée par la vague

Petit éloge du héros

Ces derniers temps, on a beaucoup souligné le travail de ces « anges gardiens » qui veillent sur

L’heure de notre mort

Le grand écrivain israélien David Grossman vient de publier dans Libération un article remarquable intitulé Questions pour temps d’épidémie dans