Déplanification stratégique

Ça y est. Le confinement recommence peu à peu, mais cette fois par région. La métropole et la capitale semblent avoir une bonne longueur d’avance sur l’arc-en-ciel sanitaire. Vert, jaune, orange, rouge… préparez-vous à en voir de toutes les couleurs ! 

Comme à l’école, les mesures changent tous les jours et on ne sait jamais trop précisément si on est légal ou moral. Les deux choses étant souvent, mais pas toujours, en adéquation. 6, 10, 25, 50, 250… L’éthique est devenue une affaire de chiffres.

Rester sur pause

Avec toutes ces turbulences et ambivalences, difficile d’organiser un souper de famille, une fête d’anniversaire et encore moins son prochain voyage d’affaires.

D’ailleurs… qu’avez-vous planifié pour vos vacances l’été prochain ?
Chez qui allez-vous passer le réveillon cette année ?
Qu’est-ce que vous ferez pour l’Action de grâce dans trois semaines ?

Après avoir mis le Québec sur pause au printemps dernier, chacun est un peu resté en arrêt dans ses projets de vie. Signe qu’il ne suffit pas que l’économie roule pour que nos vies avancent.

De projets nous redevenons sujets : assujettis aux évènements imprévisibles, jetés sous les consignes imposées.

Planifier un mariage, planifier d’avoir un enfant, planifier de changer de job ou de maison… Disons que le « planning familial » doit prendre son mal en patience.

Se projeter ou se jeter

Pas facile d’avancer comme ça dans la vie, sans plans à court et moyen terme. Surtout que depuis quelques siècles déjà, l’homme moderne carbure au projet ; il fait de sa vie un projet, il est lui-même le projet.

Se projeter, c’est se jeter soi-même en avant. 

Se projeter, c’est faire de la visualisation, comme ces athlètes qui sautent dans leur imaginaire avant de sauter dans la réalité. 
C’est exercer le métier d’actuaire, diraient les plus pragmatiques. 
C’est écrire un scénario, diraient les plus poétiques. 

Bref, c’est vivre dans le futur comme un pro qui prévoit tout.

Mais dans le chaos actuel, il n’est plus possible de se préordonner comme ça. Tous comme chacun doivent réapprendre à vivre sans se jeter tout partout. De projets nous redevenons sujets : assujettis aux évènements imprévisibles, jetés sous les consignes imposées.

Quelle souffrance pour celui qui carbure aux prévisions, météorologiques ou astrologiques. Quelle infantilisation pour celui qui s’assure et se rassure dans les pronostics scientifiques et les algorithmes.

Incapables de nous projeter dans le virtuel, il ne nous reste plus qu’à nous jeter dans le réel.

La grâce de ce temps

Cette impossibilité à programmer notre vie à l’avance nous force à redevenir comme de petits enfants et à vivre dans le présent.

Vivre un jour à la fois. 
Vivre l’instant présent. 
Ça fait des lunes que je « planifie » de faire ça. 
Mais là, ça s’est enfin imposé à moi.

C’est la grâce de notre temps : vivre dans ce temps et non dans le suivant. Vivre dans ce seul temps qui existe, dirait saint Augustin, le passé n’étant plus et l’avenir n’étant pas encore.

Plus d’agenda prédéfini, plus de plans immuables. Coup mortel pour notre orgueil hyper contrôlant, c’est l’occasion pour nous d’en tirer une leçon d’humilité salutaire.

Qui parmi nous de toute manière peut prétendre réaliser le plan A de la vie qu’il avait imaginée à 20 ans ? Pour la majorité d’entre nous, nous n’en sommes même plus au plan B ni C depuis longtemps. 

Et une chance ! Parce que nos plans sont bien trop modestes et ennuyants. Même les films de Disney ont plus de drame et d’aventure que nos scénarios de vie rêvée et idéalisée.

Une chance aussi, parce que si comme moi vous avez le moindrement vécu, vous savez que la parfaite réalisation de nos propres plans aurait été la pire chose qui puisse nous arriver.

Qui a prévu des échecs, des trahisons et des maladies sur le chemin de sa vie ? Et pourtant ce sont ces tribulations et la perspective de l’épreuve finale qui donnent épaisseur et profondeur à nos existences éphémères.

De prométhéen à prophète

Avec cette volatilité ambiante et cette imprévisibilité imposée, nous sommes enfin ramenés à notre juste place. 
Celle d’interprète et non de compositeur. 
Celle d’acteur et non de réalisateur.

Notre temps est un temps d’excentration et d’abandon. C’est une grâce à saisir plutôt qu’à maudire. Après tout, il n’y a qu’un iota entre celui qui décide et le déicide.

C’est le temps de passer de prométhéen (προμηθεύς) à prophète (προφήτης).
De celui qui prévoit tout à celui qui interprète tout.
De celui qui conduit à celui qui suit.


T’en veux plus ? Abonne-toi vite à notre balado, notre magazine et notre infolettre VIP… et si le cœur t’en dit, offre-nous un petit café pour nous garder bien éveillés !

Fourmillant d’idées novatrices, Simon s’est joint à notre équipe de rédaction pour faire grandir Le Verbe en taille et en grâce. Féru de philosophie et de théologie, il aime entrer en dialogue avec les chercheurs de vérité. Toute son essence est distillée en son totem scout renard amical et son personnage Disney fétiche : Timon!

1 Comment

  1. Bravo pour cet article qui nous aide à comprendre pourquoi le temps présent est important.

    «  …les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélées pour nous. » ( Romains:8:18)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.