La question qui tue

C’est quand la dernière fois que vous êtes allés prendre une marche dans un cimetière ? Un jour gris et pluvieux de novembre, sans feuille ni neige, voilà le temps idéal pour ce genre de balade et tomber sur une tombe.

Entre les pierres et les noms des inconnus, on peut trouver la beauté de la nature et la paix du silence.

Il faut dire que même s’il y a beaucoup de monde, ça parle pas beaucoup !

On se met à penser à toutes ces personnes oubliées, on imagine leurs vies et on se permet même de juger leur choix de tombe. (Non mais, sérieux. C’est-tu assez quétaine cette sculpture-là?)

Et tout à coup, bam! On tombe sur la tombe (s’cusez-la) d’un quidam qui porte le même nom que nous.

LESSARD 1907-2001

Malaise. Une sorte d’angoisse existentielle.

Le traumatisme du non-être

Freud appelait ce sentiment le traumatisme du non-être. C’est la prise de conscience qu’on va cesser d’exister un jour.

Traumatisme : car c’est comme un choc, un tremblement, devant un précipice infranchissable. Je vais mourir. Tu vas mourir. On va tous mourir bande de caves. C’est certain.

Du non-être : parce que même si la mort existe, elle est comme un trou noir de l’être. Le néant qui nous poursuit.

Après tout, il y a quelque chose de profondément épeurant à se retrouver nez à nez avec le néant. Kierkegaard disait que l’angoisse est la présence d’une absence. Moi, c’est drôle, j’aurais plutôt dit que c’est l’absence de présence. (Bon. Je ne veux pas ici m’obstiner avec le philosophe danois. Surtout que ça serait compliqué vu qu’il est mort.)

Qu’importe votre définition préférée, n’en demeure pas moins que, tôt ou tard, l’angoisse se présente aussi bien aux présents qu’aux absents.

Et là, quand l’angoisse de la mort nous monte à la gorge, qu’est-ce qu’on fait ?

Meditatio mortis

La plupart, dirait Pascal dans ses Pensées, fuient en arrière dans le divertissement. On accélère la vie et augmente le bruit pour saturer notre pensée. Pour ne pas y penser.

D’autres fuient par en avant.

Ils optent pour le suicide, ou la mort planifiée, comme on dit aujourd’hui pour pas trop ébranler. Drôle de réaction que de se jeter dans la gueule du lion quand on a peur de ses crocs. Pas de quoi rire en fait.

Ceux qui ont plus une attitude de toréador que de marathonien décident de prendre la mort par les cornes.

Ils ne courent ni en arrière ni en avant, ils tournent plutôt la tête vers le ciel. Ils interrogent les étoiles qui ont vu et verront défiler tous les hommes et cherchent le sens de la mort… lequel n’est jamais très loin du sens de la vie.

Car il n’y a pas de question plus importante à investiguer.

Être ou ne pas être…

Shakespeare l’avait compris tout comme Camus :

Il n'y a qu'un problème philosophique vraiment sérieux : c'est le suicide. Juger que la vie vaut ou ne vaut pas la peine d'être vécue, c'est répondre à la question fondamentale de la philosophie.

Philosopher, c’est apprendre à mourir disait Platon.

Aristote, lui, ajoutait que les trois contraires de la philosophie sont la folie, le sommeil et la mort. Trois manières de ne pas penser. Trois manière de ne pas vivre. Car vivre, pour un homme, c’est penser. (Et peut-être aimer aussi un peu.)

Cherchez dans un cimetière

Alors je vous repose ma question :

C’est quand la dernière fois que vous êtes allé prendre une marche dans un cimetière, que vous avez pris le temps de sonder la mort ?

Cherchez dans un cimetière et vous ne serez pas déçu.

« Bof, à quoi bon ? », me direz-vous sceptique. « De toute façon, personne n’est jamais revenu des morts pour nous dire ce qu’il y avait de l’autre côté. »

Personne. Vraiment ?

…telle est la question.


Vous aimez ce que vous avez lu ? Abonnez-vous à notre magazine, téléchargez notre balado et soutenez notre mission. Toujours 100 % gratuit. Toujours 100 % financé par vos dons.

Simon Lessard

Rédacteur et responsable de l’innovation au Verbe, Simon Lessard est diplômé en philosophie et théologie. Il aime entrer en dialogue avec les chercheurs de vérité et tirer de la culture occidentale du neuf et de l’ancien afin d’interpréter les signes de notre temps.