milléniaux
Jessica Roy

Milléniaux et croyants

Les milléniaux font fréquemment la manchette depuis quelques années. Née entre 1981 et 1996 selon le Pew Research Center, cette génération a supplanté depuis 2019, sur le plan numérique, celle des baby-boomers aux États-Unis. Souvent considérés comme des gens qui bousculent les normes et les conventions établies, comment les milléniaux se situent-ils sur le plan de la foi ? Trois milléniaux croyants ont accepté de partager leur expérience.

Aujourd’hui âgés de 25 à 40 ans, les milléniaux constituent une force démographique indéniable et savent prendre leur place dans la société.

Sur le plan religieux, un sondage Léger indique qu’au Canada, seuls 26 % des milléniaux adhèrent aux normes et aux valeurs d’une religion. Quoique minoritaires, il existe pourtant des milléniaux croyants et « pratiquants ». Alors, qui sont-ils ? 

Trois portraits

milléniaux
Marie-Anne Giannatos

Marie-Anne Giannatos, 37 ans, provient d’une famille croyante mais peu pratiquante. Elle se convertit dans une église lors d’un voyage à Assise : « Une fois entrée, c’est comme si le temps s’était arrêté. Je ne savais pas ce qui se passait. Je me suis sentie tellement bien, c’est comme si j’étais submergée d’amour. » À la suite de cette expérience spirituelle, elle contacte sa paroisse et fait sa confirmation à l’âge de 28 ans. 

Auteure-compositrice-interprète, elle donne parfois des concerts à la Place des Arts. Elle a deux CD à son actif et estime que la grande majorité de ses chansons est reliée à la foi. 

Jessica Roy

Jessica Roy vient aussi d’une famille croyante peu pratiquante. C’est surtout l’expérience de la montagne qui l’a ouverte à Dieu. Alpiniste chevronnée, cette comptable de 32 ans, originaire du Québec mais installée aux États-Unis depuis 2018, fait de chacune de ses excursions une véritable expérience spirituelle. 

Un jour, accompagnée d’un sherpa, elle grimpe le mont Imja Tse, haut de plus de 6 000 mètres, dans l’Himalaya. « Je me suis sentie tellement proche du Bon Dieu ! J’étais au-dessus des nuages et entourée par les montagnes les plus hautes du monde. J’ai ressenti quelque chose de vraiment fort. Ça m’a changée complètement. »

milléniaux
Minh Nhat Le

Minh Nhat Le vient pour sa part d’une famille catholique pratiquante. Âgé de 31 ans et né à Montréal de parents vietnamiens, il travaille dans l’industrie du numérique et de la technologie. Passionné d’apologétique et très actif sur les réseaux sociaux, il aime regarder les capsules YouTube produites par l’Église américaine : 

« Je prends mes “role models” surtout dans le monde anglo-saxon. Ce sont eux qui m’ont donné le gout de creuser ma foi de manière plus théologique. »

Une grande ouverture d’esprit

Les milléniaux croyants interviewés affichent une grande ouverture d’esprit, ayant grandi dans un monde marqué par Internet et vivant dans une société qui valorise hautement la diversité.

Cette ouverture d’esprit a teinté leur quête religieuse et leur rapport à la foi.

Par exemple, avant de choisir le christianisme, Marie-Anne a beaucoup voyagé et s’est intéressée aux spiritualités asiatiques. Jessica navigue pour sa part entre deux groupes d’amis au profil très différent, ne fréquentant pas que des croyants : « Le samedi, je le passe avec mes amis du travail. Et le dimanche, je vois mes amis de l’église. » Quant à Minh Nhat, il lui arrive d’aller à des concerts de pop-louange… protestants !

Un rapport apaisé avec la doctrine catholique

Cette ouverture d’esprit n’enlève rien à leur identité catholique. Même si elles ne suivent pas forcément tous les enseignements de l’Église, les personnes interviewées ne semblent pas non plus rebutées par eux. « Je ne suis pas particulièrement révoltée contre le magistère1. Je comprends que l’Église cherche le meilleur pour nous », souligne Marie-Anne.

Pour Minh Nhat, si on aime le Christ, on doit aussi aimer l’Église : « J’ai toujours été fidèle à l’Église même si des fois, il y a des choses que je ne comprends pas. Quand tu es malade, tu fais confiance à ton médecin, car il est là pour te prendre en charge. »

Jessica avoue toutefois qu’il n’est pas facile de suivre les enseignements de l’Église en tout point : « Les gens qui suivent la doctrine de l’Église à la lettre, je trouve ça très beau, car ça démontre une loyauté complète et une grande foi. Cependant, on vit dans un monde où la doctrine n’est pas toujours facile à appliquer. Voilà pourquoi je distingue la règle de l’application. Si mes intentions sont pures, je suis capable de faire la paix avec le fait que je ne suis pas toujours la règle parfaitement. »

Un souci de transmission

Le rapport apaisé qu’ont les trois milléniaux interviewés avec le magistère de l’Église, qui peut contraster avec celui d’autres générations qui les ont précédés, tient peut-être au fait que la foi catholique ne leur a pas été imposée de force.

En fait, la vigueur de leur foi pourrait même être une réponse à un certain déficit de transmission religieuse dont ils estiment avoir fait les frais : « Nous, les milléniaux, on en connait moins sur la foi, puisque la génération qui nous a précédés n’a pas été évangélisée non plus. Ce qui fait qu’on a une idée assez vague de la foi ! » s’exclame Minh Nhat. « À la maison, on n’entendait pas parler de religion. Peut-être que ma mère ne se sentait pas à l’aise d’en parler » avoue Jessica.

Quant à Marie-Anne, c’est à son exemple que sa mère a recommencé à aller à l’église : « Je l’ai invitée à quelques reprises à l’église. Et finalement, elle a ressenti le désir de revenir. » 

« Je trouvais ça super de donner la catéchèse aux enfants, car ça montrait aux enfants qu’on pouvait être chrétien et croyant… et être cool ! »

Jessica

Outre une participation fréquente à la messe, nos trois interviewés ont ou ont déjà eu une implication dans leur paroisse : catéchèse pour les enfants, groupes de jeunes, formation aux sacrements, etc. Ils estiment essentiel de témoigner de leur foi dans une société marquée par une haute sécularisation. « Je trouvais ça super de donner la catéchèse aux enfants, car ça montrait aux enfants qu’on pouvait être chrétien et croyant… et être cool ! » dit Jessica.

« J’aimerais pouvoir évangéliser et permettre à la prochaine génération d’évangéliser à son tour. C’est ça mon but. J’ai un souci de transmission parce que pour le moment, il n’y a juste pas de transmission ! », souligne Minh Nhat. 

Témoigner de sa foi se veut aussi pour eux une tentative de pallier au vide existentiel qu’ils considèrent affecter de manière particulière leur génération.

« Je pense que les milléniaux vivent une crise existentielle par rapport aux autres générations. La génération de nos parents baby-boomers a été une des premières à rejeter la religion. Ils ont voulu laisser leurs enfants dans une grande liberté. Mais je pense que ça a laissé une certaine confusion, un certain vide chez leurs enfants. On a l’impression d’avoir tellement d’options aujourd’hui qu’il est difficile de faire des choix de vie », dit Marie-Anne.

Minh Nhat renchérit : « Il y a tellement de relativisme aujourd’hui qu’on perd parfois nos points de repère dans la vie. »

Une foi nourrie intellectuellement

Pour les milléniaux croyants interviewés, nourrir sa foi au plan intellectuel s’avère fondamental. Car il est important pour eux de comprendre ce en quoi ils croient. Voilà pourquoi ils lisent beaucoup et sont constamment à la recherche de nouvelles ressources prises sur le web qui puissent les sustenter. Internet constitue en effet un outil indispensable pour leur foi. 

« Nous, les milléniaux, nous venons avec nos connaissances et notre accès à l’information. Ça rend notre foi extrêmement forte. On a une compréhension de notre foi que peut-être plusieurs baby-boomers n’avaient pas », note Jessica.

Quant à Minh Nhat, son attrait pour l’apologétique est une manière de combler sa soif de connaissances : « Ce que j’aime de l’apologétique, c’est que ça vient vraiment solidifier le cœur de la foi. Par exemple, je ne savais pas que la résurrection de Jésus, c’était une résurrection de la chair ! J’ai donc étudié les arguments pour et contre, et maintenant, j’ai plus de courage pour aller évangéliser, car je sais de quoi je parle ! »

Une foi mature

Même si ce sont de jeunes adultes, les personnes interviewées ont une foi étonnamment mature.

Minh Nhat est très actif dans un mouvement auprès des jeunes Vietnamiens. Jessica et Marie-Anne, elles, ont d’abord pensé à la vie religieuse et ont ensuite opté pour le mariage. Tous les trois comprennent qu’il n’est pas nécessaire d’entrer dans les ordres pour vivre pleinement en chrétiens. « Ce qui m’attirait dans la vie religieuse, c’était l’idée de tout donner à Dieu. Mais maintenant, souligne Marie-Anne, je sais que peu importe notre vocation, on est appelé au sommet de l’amour. J’essaie de tout ramener à l’amour ». 

On dit souvent des milléniaux qu’ils révolutionnent la société. Les milléniaux croyants sauront-ils, eux aussi, révolutionner notre Église en rappelant aux fidèles de toute génération qu’au-delà des querelles idéologiques qui peuvent nous diviser, l’essentiel réside ailleurs ?

« Ce qui me fait vivre, résume Marie-Anne, c’est ma foi, la présence de Dieu dans ma vie. C’est ça qui vient en premier. »


Heureux que Le Verbe existe ? Nous (sur)vivons grâce aux dons généreux de personnes comme vous. Merci de nous aider à produire des contenus de qualité toujours gratuits.

Notes:

  1. L’ensemble des documents et enseignements officiels de l’Église catholique.

Lamphone Phonevilay

Lamphone Phonevilay est frère dominicain. Il a étudié la théologie à l'Université de Montréal et la sociologie à l'EHESS de Paris. Il fait présentement une thèse de doctorat en théologie spirituelle sur sainte Catherine de Sienne au Collège Universitaire Dominicain d'Ottawa. S'intéressant autant à la mystique qu'à la sociologie, il avoue avoir une passion pour... la musique électronique!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.