Apocalypse: numéro spécial printemps 2020

apocalypse

Québec, lundi le 11 mai 2020 – depuis le changement de son rythme de publication, voici le premier numéro spécial (vraiment spécial !) sur l’Apocalypse, du magazine Le Verbe, toujours fièrement produit à Québec. 

Spécial, parce que, tout d’abord, il porte sur le thème de l’apocalypse. Que l’on ne s’y trompe pas : l’équipe du Verbe et leurs collaborateurs y travaillent fort depuis 6 mois, rien d’opportuniste dans l’affaire ! Vraiment spécial aussi, car au milieu de la morosité, de l’anxiété et des peurs, ce numéro est composé de reportages lumineux, d’analyses aussi fouillées qu’accessibles et des réflexions éclairantes porteuses d’espérance.

« Ne vous attendez surtout pas à retrouver ici des consignes survivalistes, des règles de santé publique ou des conseils pour savoir où investir ces temps-ci. » nous averti d’emblée le rédacteur en chef Antoine Malenfant dans la présentation du dossier.

Dans ce dossier sur l’apocalypse, il est question d’écologie lors d’une entrevue avec l’astrophysicien Jacques Blamont (Le péril qui nous attend, p. 28), ou encore Maxime Couture sur « l’écoextrémisme » (Des bombes et des petits fruits, p.47). 

Par ailleurs, le lecteur pourra se laisser toucher au cœur par des fins du monde vécues par différentes communautés ou individus : les habitants du Lac Mégantic en 2013 (Les brasiers ardents d’une catastrophe ferroviaire, p. 20) ; les fermetures et déménagements de communautés religieuses (La fin d’un monde, p. 52) ; ou encore une vie au bord du gouffre où Dieu n’est jamais loin (Conduire une Aston Martin ou se laisser conduire par Dieu, p. 59), une rencontre avec l’entrepreneur de Québec Éric Bergeron, PDG de Flyscan.

Le lecteur curieux pourra aussi être satisfait de toutes ces informations apportées sur les apocalypses annoncées d’hier et d’aujourd’hui : découvrir des livres et des films sur le sujet (La fin du monde est à cette heure, p. 40 et Le choix de la rédac, p. 44), comprendre la fin des temps grâce aux concepts (Le fin mot de l’histoire, p. 84) et aux chiffres (Des chiffres et des mots p. 32), enrichir aussi sa culture théologique (Requiem pour l’effondrement d’un monde, p. 17 et Maranatha !, p. 81).

Enfin ce numéro spécial nous donne des raisons d’espérer pour combattre la morosité, « parce que tout est déjà accompli en Jésus » : dans l’espérance chrétienne, les bénévoles de la Société Saint-Vincent-de-Paul trouvent le gout de donner du temps pour Lutter contre la faim du monde (p. 64) ; l’espérance s’incarne aussi dans les enfants qui continuent à naitre, « malgré tout » (Des enfants pour l’éternité, p. 74).

– 30 –

Source : Frédérique Bérubé, responsable des communications par intérim

frederique.berube@le-verbe.com / 581-777-1890

Facebook / Twitter / Instagram

Le magazine est aussi disponible en téléchargement gratuit ici.